Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x
  1. Etienne FILLOL ef@etiennefillol.fr
  2. Expression libre
  3. jeudi 28 février 2019
  4.  Etre informé des nouvelles contributions par courriel

Le 22 novembre 2017, Emmanuel Macron qualifiait l'esclavage dont sont victimes les migrants africains en Libye de « crime contre l'humanité ». Comme toujours avec lui l'effet de manche était beau, mais masquait la réalité : Macron n'est pas du côté de ceux qui souffrent, il est celui qui tient le gourdin.

Car quelques mois plus tard, en juin 2018, il fustigeait -avec les mêmes mots que Le Pen et Salvini- les ONG de secours en mer en les accusant de « faire le jeu des passeurs ».

Voilà maintenant que le gouvernement français livre six embarcations à la Libye « pour mieux maîtriser les flux migratoires et lutter plus efficacement contre les filières criminelles de traite des êtres humains. » Pourtant, il est démontré que les garde-côtes libyens se rendent coupables d'exactions sur les migrants qu'ils sont censés secourir. Les témoignages sont si nombreux que Macron ne peut les ignorer : non-assistance, intimidation, racket, etc. Par définition, ce sont des militaires et non des humanitaires ; comment, en conscience, la France peut-elle avoir empêché les secours en mer par des humanitaires puis soutenir aujourd'hui l'action de militaires armés, non formés et à la moralité douteuse ? Comment, en conscience, peut-elle renvoyer des êtres humains dans un pays où ils seront enfermés, rackettés, torturés, "esclavagisés" ?

Tout le monde comprend le cynisme à l'œuvre : Macron et Salvini, dans une grande pièce de théâtre électoraliste qui les présente comme opposants, font de l'Europe la même forteresse et sous-traitent la protection de leurs frontières à un État aussi défaillant qu'incontrôlable.

Alors aujourd'hui, la question se pose : le Président de la République française, en facilitant le renvoi des exilés de Méditerranée en terre libyenne, se rend-il coupable de complicité d'un crime contre l'humanité qu'il a lui-même défini ?

Notez cette proposition :
Réponse acceptée En attente de modération
0
Avis
Annuler

Un très bon article qu'on pourrait transformer en CP national.

  1. il y a plus d'un mois
  2. Expression libre
  3. # 1
Réponse acceptée En attente de modération
0
Avis
Annuler

Depuis le gouvernement a renoncé à livrer ces 6 embarcations à la Libye, sous la pression des ONG et parce qu'il a - enfin - reconnu que la Libye était un pays en guerre, en partie aux mains de milices. Mais bien sûr cela ne change rien au fond du problème et à la politique vis-à-vis des exilés menée par la France et l'Europe (cf. la Grèce qui veut enfermer les demandeurs d'asile sur des îles de la Mer Egée).

  1. il y a plus d'un mois
  2. Expression libre
  3. # 2


Cette proposition ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !
Visiteur
Votre contribution ou proposition
Les champs indiqués avec un * sont obligatoires
*
*