Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x
  1. Anne JOUBERT
  2. Municipales 2020
  3. vendredi 5 juillet 2019
  4.  Etre informé des nouvelles contributions par courriel

Faire de chaque commune, de chaque territoire, un lieu refuge, d'accueil et de solidarité pour les demandeurs d'asile et migrants.

C'est sur l'ensemble du territoire que doivent être accueillis et intégrés les migrants. Les communes, y compris les plus petites d'entre elles, qui ont accueilli des demandeurs d'asile à partir de 2015 en ont toutes tiré un bilan positif malgré parfois des craintes réelles des habitants au départ. Dans les petites communes, l'accueil de migrants permet aussi de revitaliser les services publics (notamment les écoles), de développer des emplois (médecins, paramédicaux, reprises de commerces fermés, installation d'artisans, agriculture etc.) et donc de faire revivre des villages.

Dans les grandes villes, les campements insalubres et le traitement des migrants apparaissent comme une honte même si la responsabilité en incombe à l'Etat. Les villes et métropoles contribuent cependant à l'ouverture et au fonctionnement de centres d'hébergement, de maraudes, de lieux d'accueil de jour, de bagageries, de bains douches, de centres de santé etc.

Tous les enfants de 6 (bientôt 3) ans à 16 ans, quelle que soit leur situation administrative, doivent être scolarisés. Les communes se doivent, non seulement de respecter la loi, mais aussi de favoriser un accueil bienveillant et favorisant la mixité sociale pour les enfants de maternelle et d'élémentaire. Il s'agit d'un pilier essentiel pour l'intégration et l'apprentissage du français non seulement des enfants mais au-delà de l'ensemble de la famille.

Seule une coordination efficace entre les services de l'Etat, les collectivités locales, les associations et les citoyens peut rendre notre pays digne de son histoire et de ses valeurs.

Les communes peuvent jouer un rôle essentiel : répertorier les ressources locales en termes de logements, enseignement du français, aides diverses ; former et accompagner leurs travailleurs sociaux (droit des étrangers, droit d'asile) ; accompagner les associations et collectifs engagés ;, inciter la population locale à tisser des liens avec les migrants, la sensibiliser à l'accueil, lutter contre la peur par des rencontres, discussions, échanges culturels, accueils le week-end en familles volontaires etc; 

Il s'agit avant tout de promouvoir des changements culturels, de lutter contre les discours xénophobes, de favoriser le "vivre ensemble" et les échanges à travers des actions concrètes locales.

 

 

 

 

Notez cette proposition :
Désolé, la proposition est actuellement verrouillé. Vous ne serez pas en mesure de poster une réponse pour le moment.