Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x

Lettre de Guillaume Balas et Claire Monod : Synthèse du séminaire du Collectif national

 

 
 
 
 
 
 
 
Cher.e.s membres de Génération.s,
 
Après deux ans d’existence de notre mouvement, au lendemain de l’élection européenne et au moment où l’écologie et les gauches doivent se réinventer et se rassembler, nous avons décidé de réunir le Collectif national en séminaire samedi dernier.
 
Nous avons cherché, comme vous le faites depuis plusieurs semaines dans vos comités, à analyser la période politique que traverse notre pays, l’Europe et le monde et à tracer des perspectives pour la gauche et les écologistes et donc pour Génération.s.
 
Nous sommes convaincus que la matrice politique qui est la nôtre, c’est-à-dire la fusion de l’idéal socialiste avec celui de l’écologie politique, est une réponse qui permet d’inventer la société de demain, de relever les défis du futur et d’apporter des solutions aux urgences et aux crises du présent. Nous savons d’où nous venons. Nous construisons notre projet dans la fidélité aux valeurs de la philosophie des Lumières, de la République jauressienne, des luttes sociales, environnementales, contre le racisme et l’antisémitisme, de l’anticolonialisme, du féminisme, de l’aspiration à l’égalité, de la désobéissance civile et du pacifisme, de l’altermondialisme ou encore de l’internationalisme.
 
Pour construire une société nouvelle, il faut rompre avec le productivisme qui saccage la planète et le climat pour poser simultanément, avec force et radicalité, la question de la répartition de la richesse. Une simple rupture avec le productivisme ne suffira pas. L’écologie a besoin de la gauche, et réciproquement, au risque de laisser émerger dans la société des solutions politiques qui font l’impasse sur l’impératif démocratique.
 
Nous affirmons que face aux peurs et aux angoisses qui agitent notre époque et nos sociétés, un chemin d’espoir est possible. Oui, nous pouvons nous sortir de l’impasse dans laquelle le libéralisme pollueur, destructeur, injuste et brutal nous enferme.
 
Notre objectif est là, ouvrir le champ des possibles et construire une alternative écologique et sociale à partager avec toute la gauche et tous les écologistes. Chacune et chacun est désormais face à ses responsabilités.
 
 
Notre objectif est là, ouvrir le champ des possibles et construire une alternative écologique et sociale à partager avec toute la gauche et tous les écologistes. Chacun est désormais face à ses responsabilités
 
 
Notre responsabilité, c’est de tirer le bilan lucide de la séquence électorale que nous avons vécu. Avec moins de 5% des suffrages, nous n’avons pas atteint notre objectif. Notre campagne a connu ses succès et ses échecs. Nous devons les comprendre et en tirer les conséquences fonctionnelles et politiques. Mais une campagne, bonne ou mauvaise, ne peut expliquer à elle seule un résultat. Avec près de 750 000 voix, nous avons fait irruption dans le paysage politique et représentons dans cette élection une part non négligeable de la gauche et de l’écologie. Ces suffrages nous obligent. Vos campagnes acharnées et enthousiastes nous obligent.
 
Notre responsabilité, c’est de faire l’inventaire de nos modalités de fonctionnement interne pour mieux nous organiser et vous permettre de vivre pleinement votre engagement en disposant des outils, des contenus et des modalités d’organisation adéquats. Il nous faut muter et mûrir dans nos fonctionnements démocratiques.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit, construire un mouvement bien plus démocratique et efficace.
 
Nous vous proposerons donc une organisation renouvelée du Collectif national avec des objectifs clairs : permettre la bonne exécution de nos décisions collectives et vous donner la capacité d’exercer pleinement vos droits d’adhérent.e.s et de membres de notre mouvement (accès aux informations, possibilité de contribuer à la vie et au projet de Génération.s…). Nous réunirons en septembre l’Assemblée des membres et des territoires constituée notamment par les représentantes et représentants que vous désignerez bientôt au sein de vos échelons territoriaux. Nous vous transmettrons dans les jours qui viennent le Règlement intérieur co-élaboré avec le Conseil des membres et qui détermine notamment les modalités de désignation de ces représentantes et représentants.

Notre responsabilité, c’est de savoir ce que nous voulons faire et comment le faire, puis de le proposer et de l’initier.
C’est sans doute autour de quatre tâches essentielles que nous devons nous réorganiser :
• Être facilitateur du rassemblement des écologistes et des gauches
• Affirmer et développer notre singularité politique propre pour la mettre au service de ce rassemblement (revenu universel, nouveau modèle de protection sociale, démocratie...)
• Construire la ou les coopératives des idées, laboratoires innovants de la pensée de la gauche et de l’écologie, avec d’autres, formations politiques, associations, syndicats, citoyens et citoyennes engagés…
• Contribuer à faire vivre, participer et soutenir le mouvement social, première arme de résistance aux politiques libérales et anti-écologiques.
 
 
Nous vous proposerons donc une organisation renouvelée du Collectif national avec des objectifs clairs : permettre la bonne exécution de nos décisions collectives et vous donner la capacité à exercer pleinement vos droits d’adhérent.e.s et de membres de notre mouvement (accès aux informations, possibilité de contribuer à la vie et au projet de Génération.s…)
 
 
Nos responsabilités sont grandes, celles des autres forces de la gauche et de l’écologie le sont au moins autant. Et nous entendons les leur rappeler.
 
A la gauche dans son ensemble nous rappelons que l’unité est la condition nécessaire de la victoire et de l’alternative. Cette unité ne sera possible que si chacun fait l’inventaire lucide de son histoire récente, de ses choix et apporte au pot commun des solutions politiques pour répondre aux aspirations de nos concitoyennes et concitoyens. Cette unité ne sera possible que si les sectarismes et les rancoeurs s’effacent devant une oeuvre commune qui dépasse nos personnes et même nos appareils politiques respectifs. C’est notre cap stratégique : rassembler la gauche et les écologistes.
 
A Europe-Ecologie-Les Verts, arrivé en tête de la gauche le 26 mai, nous disons qu’il a une responsabilité importante. Son score lui donne une légitimité à entreprendre des démarches visant à fédérer autour de son projet et de ses représentantes et représentants. Il faut que nous nous parlions. Mais seul, EELV ne constitue pas la force hégémonique de la gauche et ne peut envisager se comporter comme le Parti socialiste des années 1980 ou la France Insoumise de 2017.
 
L’enjeu est de taille. Si nous ne parvenons pas à hisser une candidature de la gauche et de l’écologie au second tour de l’élection présidentielle de 2022, nous prenons le risque sérieux d’une disparition de nos idées et la victoire du duo libéraux - nationalistes que nous avons tant dénoncé et combattu lors de la campagne européenne. Nous vivrons alors le risque crédible de la victoire de l’extrême-droite, devenue seule force d’alternance au libéralisme ravageur pour les solidarités et l’environnement. Nous ne pouvons nous y résoudre et nous mettrons toutes nos forces dans cette bataille de l’unité.
 
Nous participons et participerons à toutes les initiatives unitaires. Nous formulerons nous aussi des propositions et ferons de nos rendez-vous de rentrée des temps ouverts à l’unité de la gauche et des écologistes. Au-delà des appels, des tribunes, des rendez-vous communs, nous nous attacherons à concrétiser cette unité sur les listes aux élections, dans les combats de terrain et dans des perspectives communes.
 
 
A la gauche dans son ensemble nous rappelons que l’unité est la condition nécessaire de la victoire et de l’alternative
 

Nous vous proposons de poursuivre ces discussions et de leur donner des débouchés concrets lors de nos journées de rentrée qui se tiendront à la fin du mois de septembre. Nous vous communiquerons avant la fin du mois de juillet les dates précises et le lieu de ces rencontres dont l’objectif sera de lancer et de donner de la visibilité aux chantiers que nous venons d’évoquer.
 
Enfin, nous avons évoqué les élections municipales, rendez-vous crucial pour notre famille politique et pour le mouvement. Nous réunirons ce lundi un Collectif national exceptionnel sur ce sujet qui prendra les décisions nécessaires pour organiser au mieux nos processus démocratiques de désignation des candidates et candidats et pour accompagner les comités et les équipes dans ces campagnes électorales aussi diverses que nos territoires.
 
Avec la mise en retrait médiatique de Benoît Hamon, qui reste et restera impliqué dans la vie de notre mouvement et prendra la parole quand il le décidera, beaucoup d’entre vous s’interrogent. Sa décision nous invite à être à la hauteur de ce qu’il a conduit jusqu’à maintenant et de poursuivre toutes et tous ensemble. Nous espérons, par ces quelques mots, avoir ouvert des perspectives pour notre avenir commun.
 
Vous pouvez compter sur notre détermination et notre fidélité aux valeurs et aux espoirs de Génération.s.
 
Amitiés

Claire Monod et Guillaume Balas
Coordinatrice et Coordinateur Nationaux
 
 
 
 
 
 
Facebook
Twitter
Youtube
 
 
© 2018 Génération·s
 
 
image