Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x

Note de contexte : Reculer l’âge de la retraite, une régression !

En matière de retraite, le Macronisme, comme tous les gouvernements de droite qui l'ont précédé ne sait finalement faire qu'une seule chose : repousser une fois de plus l'âge de départ.

A rebours du sens de l'Histoire qui voudrait que le progrès apporté par les multiples révolutions technologiques que vit notre pays puisse permettre de réduire le temps passé à travailler dans une vie, le Macronisme veut « inciter », en réalité contraindre, les françaises et français à prendre leur retraite de plus en plus tard. Désormais, l'âge à partir duquel une personne pourra espérer profiter de sa retraite, avec une pension à taux plein sera de 64 ans au lieu de 62 ans (rappelons qu'il était de 60 ans, il n'y a pas si longtemps), sous peine de voir sa pension réduite par un mécanisme de malus de 5% par an.

L'argument mis en avant est qu'il conviendrait de tenir compte de l'allongement de l'espérance de vie. Ce raisonnement purement théorique, séduisant de prime abord, possède un défaut majeur. Il ignore totalement la réalité vécue par nos concitoyennes et concitoyens. En effet, l'espérance de vie en bonne santé, c'est-à-dire sans incapacités liées à une maladie ou un handicap, n'est que de 62,7 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes. Dans ces conditions, vouloir forcer les gens à travailler plus longtemps alors même qu'ils ne sont pas en bonne santé est une régression sociale contraire aux principes les plus essentiels de l'humanisme.
Autre danger majeur que le Haut-Commissaire Delevoye feint d'ignorer : le très faible nombre d'emplois proposés aux séniors dans notre pays. A peine 30% des personnes dont l'âge est compris entre 60 et 64 ans dispose d'un emploi en France (cf. Tableau de l'économie française 2019, INSEE). Un très grand nombre d'entreprises rechignent à embaucher ou maintenir dans l'emploi les personnes de plus de 60 ans qu'elles considèrent comme insuffisamment compétitives. En fixant l'âge de départ à taux plein à 64 ans, le Gouvernement prend le risque de pénaliser ces gens trop vieux pour être embauchés mais trop jeune pour avoir une pension de retraite leur permettant de vivre dignement.

Plus globalement, si le passage à un système à point, autre façon de faire de la répartition entre actifs et retraités, n'est qu'une technique parmi d'autre, les options énoncées par le Gouvernement mais aussi ses silences ont de quoi inquiéter.

En dépit d'une communication massive, le Gouvernement demeure flou sur le sujet crucial qu'est l'évolution du montant des pensions de retraite. En effet, avec un système à point les gens découvriront avec stupeur que le montant de leur pension pourra évoluer chaque année en fonction des variations de la valeur du point. Alors que notre pays est un de ceux où le taux de pauvreté des personnes âgées est le plus faible au monde, le risque est grand qu'une telle réforme conduise à appauvrir tout un pan de la population, à l'instar de ce qu'on vécu les retraités suédois après la mise en place de la retraite à point chez eux.

Enfin, pour toute personne un tant soit peu attachée à l'idée de solidarité, il convient de refuser catégoriquement que les plus gros salaires du pays soient très largement exemptés de contribuer à l'effort de solidarité nationale. Si la réforme Macron est votée, les salariées gagnant plus de 120 000 € brut par an (au lieu de 320 000€ actuellement), soit plus de 7800€ net par mois, ne cotiseront plus à la retraite publique pour les sommes dépassant ce montant, hormis pour une très faible cotisation de 2,81% pour financer la solidarité. Afin de compenser la réduction de leurs pensions (moins de cotisation = moins de pension), les plus hauts salaires du pays auront donc tout intérêt à se constituer une épargne financière (assurance vie, épargne-retraite, etc). Bonne nouvelle pour eux, avec la loi Pacte récemment votée par le Gouvernement, tous les produits d'épargne retraite individuelle (Prefon, PERP, contrat Madelin,…) vont bénéficier de meilleurs avantages fiscaux. Cette mesure contraire à l'intérêt général, calibrée spécialement pour isoler les 1% des salariés les mieux rémunérés, vient saper les fondements de la solidarité nationale qui veut que chacun contribue en fonction de ses moyens et soit aidé en fonction de ses besoins.

La retraite solidaire est un des piliers du contrat social français. Si l'objectif était de la rendre plus simple, plus juste et plus redistributive, la voie retenue par le Gouvernement n'est pas la bonne.


En complément :

Position générale de Génération•s sur les mouvements sociaux sur les retraites de décembre 2019

Notre conception de la conception de la protection sociale : Génération.s défend la protection sociale comme un dispositif, largement public devant permettre de protéger les citoyens et les travailleurs des aléas de la vie, par le biais de système d'assurance collectives et non pas individuelles. Qu'il s'agisse de faire face au risque de chômage, d...
https://idees.generation-s.fr/component/easyblog/nouveau-modele-economique/position-generale-de-generation.html?Itemid=8

Les retraites : ultime réforme dans la marche vers l'individualisation du modèle de protection sociale français

1. Le projet de retraite à points Départ à la retraite possible à 62 ans, mais avec une décote de 10%, ce qui équivaut à 14,1% de moins que pour un départ à 64 ansCalcul de la retraite sur la totalité de la carrière et non plus seulement sur les meilleures annéesFaire dépendre le montant de la pension en fonction de l'espérance de vie de chaqu...
https://idees.generation-s.fr/component/easyblog/nouveau-modele-economique/note-de-fond-sur-la-reforme-des-retraites.html?Itemid=8

Note de contexte : Macron la destruction du modèle redistributif et solidaire de 1945

 Dans l'univers caricatural d'Emmanuel Macron, foin du collectif et de la solidarité. Il ne doit plus rester que l'individu face à son destin, évoluant sur le marché, traversant la rue pour obtenir un emploi, surveillant son compte personnel de retraite à points pour déterminer s'il travaillera un peu plus, et ramené à un arbitrage entre sa pe...
https://idees.generation-s.fr/component/easyblog/nouveau-modele-economique/note-de-contexte-macron-la-destruction-du-modele-redistributif-et-solidaire-de-1945.html?Itemid=8

    • Position G.s
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter