Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x

Grogne aux Antilles !

L'amendement de Letchimy sur la mesure de défiscalisation des logements sociaux a été rejeté par le gouvernement. 

Les députés ultra-marins avaient pensé avoir gagné une bataille pour le maintien de la défiscalisation pour la construction des logements sociaux. Mais c'était sans compter sur le revirement du gouvernement qui, à la deuxième délibération, a fait supprimer cet amendement de l'article 11 du projet de loi des finances 2019.
Les députés martiniquais et guadeloupéens dénoncent un « déni de démocratie », une « attaque honteuse au mépris des règles démocratiques".
Hélène Vainqueur, la députée socialiste de la Guadeloupe a déclaré : « On peut craindre que tôt ou tard, ce mépris des règles démocratiques ne cause la perte de ce Gouvernement »
Même Olivier Serva, député LREM de Guadeloupe, juge l'attitude du gouvernement inélégante. 

Suppression de l'abattement fiscal de 30 %

En commission, Serge Letchimy dénonce une augmentation de 10% des impôts sur les populations d'outre-mer qu'il estime non pas à 50 000 personnes comme le dit le gouvernement mais 150 000 personnes.
Le gouvernement va réussir à humilier les populations d'outre-mer en faisant croire qu'elles sont des populations d'assistés en bénéficiant d'abattements à cause des écarts de prix de l'ordre de 40 % que les outre-mer avaient avec la métropole dans les années 70. Or ces écarts de prix pour l'alimentaire ont -ils changé depuis ? Non, ils sont toujours de l'ordre de 38%.

« Ce gouvernement laisse croire qu'il va mettre tout le monde sur un même pied d'égalité or à situation différente, nous pouvons avoir des solutions différentes. En effet, les outre-mer subissent un sous-développement par rapport à la métropole. »

par Serge Letchimy

 La France Insoumise a également soutenu Serge Letchimy et dit s'inquiéter de la santé de l'économie Ultra-marine qui ne peut se permettre de perdre 70 millions d'euros pour alimenter un fond dont on ne connait pas précisément ni la répartition par territoires ni l'efficience.
Le gouvernement estime que cet avantage fiscal ne concerne que 4,34% des foyers fiscaux d'outre-mer correspondant aux revenus des contribuables les plus élevés et qu'il alimentera un fond d'investissement avec un principe de solidarité entre les outre-mer.
Ce à quoi Olivier Serva (député LREM de Guadeloupe) répond avec une citation de Mandela : « Ce que vous faites pour moi, sans moi, vous le faites contre moi ». Il dénonce : « La proposition du gouvernement fait, aujourd'hui en outre-mer, l'unanimité contre elle ! »
Selon lui, il y a d'autres façons de créer ce fond d'investissement qui est évidemment nécessaire. Il propose de supprimer l'indemnité d'éloignement versée aux fonctionnaires hexagonaux (puisqu'aujourd'hui un Paris- Pointe à Pitre ou Fort de France se fait en quelques heures) que la cours des comptes évalue à 140 millions d'euros. Il a demandé à la commission la plus grande prudence parce que « les outre-mer font partie de l'archipel France mais ont des caractéristiques spécifiques dont on doit tenir compte, surtout lorsque nous avons une vision assez éloignée de ceux-ci ».
Serge Letchimy s'indigne devant la réponse technocratique apportée par le rapporteur En Marche :
Sur 1 113 000 foyers fiscaux il y a 244 000 foyers fiscaux qui paient l'impôt donc ce ne sont pas 4% de foyers qui sont touchés par cette mesure mais 20% car il faut tenir compte de la situation économique et des écarts : deux fois plus de chômeurs, 30% de PIB de moins, un taux de pauvreté multiplié par deux etc…. Donc les écarts existent toujours.

« Ce que le gouvernement dit aux populations d'outre-mer c'est qu'elles n'ont qu'à financer elles même leurs affaires. Le gouvernement nous dit payez vous-même vos affaires ! Vous ponctionnez sur un territoire et vous de donnez pas la garantie de restituer sur le territoire la somme que vous avez ponctionné en matière d'investissement.
Je vous donne un conseil ! Ce que vous avez fait avec les personnes âgées, évitez de le faire avec les outre–mer parce que vous allez avoir un boomerang politique qui sera assez grave à assumer ensuite par ce gouvernement ! »

par Serge Letchimy

Le rhum ultramarin sera taxé par un nouvel amendement

Taxation du rhum au même niveau que sur l'hexagone ce qui entraînera une hausse de 30% à 40% sur 5 ans à compter de 2020 au motif de lutte contre l'alcoolisme. Or la jeunesse, principale victime des abus de consommation, se tourne vers des alcools autres que le rhum comme le cognac par exemple. Le secteur de la canne et ses dérivés tel que le rhum, représente dans sa globalité plus de 40.000 emplois directs ou indirects et environ 8000 exploitations à la Martinique, Guadeloupe, Guyane et Réunion. Pour les producteurs cela ne fera que favoriser les importations et les touristes n'auront plus aucun intérêt à acheter du rhum dans les îles. Les distilleries étant toutes équipées de boutiques (qui participent à leur chiffre d'affaire) ont peur de devoir les fermer et craignent des conséquences sur l'ensemble de la filière.

Inertie du gouvernement sur le chlordécone

Une nouvelle affaire dénoncée par l'association des consommateurs et citoyens de la Caraïbe en Martinique, qui demande l'interdiction de l'exploitation d'une terre agricole sur la commune de Morne-Rouge. Cette terre agricole présente selon les résultats d'une analyse, un taux de chlordécone 11 fois supérieur à celui admis. Or l'agriculteur qui occupe cette exploitation y cultive toujours patates douces et dachines. Des produits vendus sur tous les étals. L'association qui a interpellé les services de l'Etat et la Préfecture constate l'immobilisme et dénonce une complicité passive. La Préfecture a répondu par un communiqué en disant qu'elle est au courant de la contamination de cette parcelle depuis 2007 mais que les résultats de l'étude de sol menée par la DAAF indiquent un taux de chlordécone inférieur à la limite autorisée. Or les études de sols de la FREDON un mois après celles de la DAAF révèlent un taux bien au-delà des normes.
Une conférence des présidents de région s'est tenue dans la semaine en Martinique. Unanimité pour rejeter la recentralisation du pouvoir. Emmanuel Macron semble voir réduire considérablement son capital sympathie dans les outre-mer.


    • Position G.s
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter