Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x

Les circuits courts

Introduction 

Réduire les barrières qui se dressent entre les producteurs et les consommateurs, en revalorisant les intermédiaires qui s'engagent pour soutenir l'agriculture locale, voilà le pari des circuits courts.

Il en existe une vingtaine de formes, depuis la vente directe jusqu'à la jusqu'à la restauration collective, en passant par les AMAP ou le e-commerce. 

Les consommateurs ont faim de circuits courts. 

Fortement affectés par les scandales sanitaires qui ont secoué le pays ces dernières années, ils sont de plus en plus attentifs à l'origine, à la qualité, à la fraîcheur et bien sûr au goût des aliments. 

Et quoi de mieux pour cela que de s'adresser directement à ceux qui les produisent ? 

D'autant qu'un nombre croissant d'exploitants agricoles, les jeunes en particulier, sont eux aussi favorables à ce rapprochement qui leur permet de diversifier leur activité et donc de constituer un complément de trésorerie, mais aussi de renouer le lien trop longtemps rompu avec les consommateurs.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en 2010, 21% des producteurs, soit près de 110 000 exploitations, vendaient au moins une partie de leur production en circuit court.

Et la tendance ne semble pas s'inverser, bien au contraire. (a) 

Histoire 

​Voilà 10 000 ans, le chasseur-cueilleur errant se transforme en agriculteur sédentaire.
Pas simplement dans le croissant fertile, mais également et indépendamment dans plusieurs régions du monde.
Jean-Paul Demoule (professeur émérite de protohistoire, spécialiste du néolithique européen et fondateur de l'INRAP) explique les deux facteurs principaux qui ont conduit les hommes à domestiquer les plantes et les animaux, un peu partout sur la planète.
Le premier est un réchauffement climatique qui favorise l'épanouissement des plantes, la sédentarisation et la possibilité d'une agriculture rentable.
Le deuxième est une révolution mentale : l'homme qui, jusque-là, considérait qu'il faisait partie de la nature, prend conscience de lui-même et de l'intérêt de contrôler cette nature.
Mais, ce qui est passionnant, c'est de comprendre comment l'agriculture s'est propagée sur terre.
Ce n'est pas la technique qui s'est répandue d'une population à une autre, mais les premiers agriculteurs qui envahissent le monde au fur et à mesure que la démographie croît.
Les premiers circuits paysans, forcément « courts » à l'époque, étaient nés. (b)

Principe 

Qu'est-ce que le circuit court ? 

Les circuits courts, mode de distribution des produits alimentaires ont le vent en poupe : vente directe à la ferme, magasins de producteurs et comptoirs locaux, sites de vente en ligne, place du marché, AMAP... Ce mode de distribution des produits agricoles du producteur au consommateur ne compte qu'un seul intermédiaire maximum, et séduit chaque jour davantage !

Pour une agriculture locale, responsable et écologique ! 

Tout le monde souhaite savoir d'où vient ce qu'il mange. La quête de sens des consommateurs à la recherche de liens avec les producteurs locaux et d'une agriculture raisonnée, plus respectueuse de l'environnement est une nouvelle évolution dans l'agroalimentaire. Les coopératives agricoles françaises, ancrées dans leur terroir, répondent depuis toujours à ce besoin de proximité et d'authenticité. Elles ont aussi su innover pour proposer un retour à la terre et mieux se reconnecter avec le monde paysan.  

Les circuits courts : des avantages multiples... et pour tout le monde ! 

Le circuit court s'inscrit pleinement dans une démarche de développement durable. Il présente des bénéfices d'un point de vue social, recréant une relation directe entre le producteur et le consommateur, une forme de lien social important sur les territoires, mais aussi aux niveaux économique et environnemental. Il s'impose comme une solution pour réaliser des économies sur l'ensemble de la chaîne de distribution et permet une augmentation des marges grâce à une rémunération directe du producteur. Enfin, les circuits courts sont écoresponsables grâce notamment à leur capacité à limiter les transports. Acheter ses produits alimentaires en circuit court, c'est faire le choix d'une alimentation durable, encourager une authentique agriculture raisonnée et de proximité, et participer à une économie solidaire et responsable ! (c) 

Pourquoi privilégier le circuit court au quotidien ? 

Les circuits courts ont de nombreux avantages et conséquences sur le quotidien des consommateurs et des agriculteurs :

  • Il renforce le lien entre consommateurs et producteurs : les consommateurs n'ont jamais été aussi proches de leurs voisins agriculteurs ! Avec eux, ils partagent valeurs et conseils autour de produits sains, frais et issus de l'agriculture bio pour la plupart.
  • Il privilégie les produits français : faire ses courses dans une ferme près de la maison, sur un marché ou chez le producteur du coin signifie consommer local donc privilégier l'agriculture française à celles d'autres pays voisins.
  • Il permet aux consommateurs de faire des économies en consommant local : en réduisant les intermédiaires, les emballages et certains maillons de la chaîne de distribution, des économies se font ressentir auprès des consommateurs comme des producteurs.
  • Grâce à lui, les agriculteurs n'ont pas d'intermédiaire et vendent au juste prix : sans intermédiaire, l'agriculteur fixe donc le juste prix, celui qui ne lui permettra de vendre à perte comme c'est souvent le cas lorsqu'ils vendent aux groupes de grande distribution pour être toujours plus compétitifs. Ainsi, ils gagnent plus en produisant mieux.
  • Il respecte l'environnement : issus de l'agriculture bio ou dite raisonnée, les produits vendus en circuit court sont souvent dénués de pesticides et sont vendus avec moins d'emballage que dans d'autres magasins. De plus, il limite les déplacements. Le circuit court assure également une consommation responsable.
  • Il permet aux exploitants français de se renouveler et de créer des emplois : les agriculteurs modifient leurs habitudes, se regroupent et créent de nouveaux canaux de vente.
  • Il oblige les consommateurs à manger en fonction des saisons : privilégier le circuit court signifie consommer en fonction de que ce qu'offre la nature, sans la forcer. Finissons-en avec les tomates en plein mois de décembre !
  • Il développe de nouveaux modèles de distribution : AMAP, marchés de producteurs, cueillette, livraison de paniers...

Les consommateurs ont un réel désir de mieux consommer, connaître la traçabilité de leurs produits et transmettre les valeurs du terroir à leurs enfants. Aujourd'hui, ces clients ont tendance à préférer les magasins à taille humaine quitte à avoir moins de choix dans les rayons. Le soutien de l'économie locale rentre évidemment également un critère essentiel dans l'utilisation des circuits courts et c'est une bonne chose pour nos agriculteurs ! (d) 

La Coopérative Agricole 

Du circuit long au circuit court : la coopération agricole est sur tous les fronts 

La coopération agricole est connue et reconnue pour son rôle dans la valorisation des productions agricoles.
Grâce à ses outils industriels, elle transforme les produits de ses agriculteurs-coopérateurs.
Après un parcours de transformation plus ou moins long, les produits alimentaires qui en sont issus sont alors proposés aux consommateurs à travers les réseaux de distribution traditionnels : grande distribution, grossistes, artisans...
Face aux nouvelles attentes sociétales, elles se sont mobilisées pour répondre toujours mieux aux besoins exprimés par les consommateurs pour mieux connaître l'origine de ce qu'il y a dans leur assiette et s'assurer de consommer des produits de qualité.

Les circuits courts coopératifs : une multitude de dispositifs 

Les coopératives se mobilisent pour répondre au souhait "manger local" des nouveaux locavores ! Certaines misent sur des modes de vente de produits en circuit court traditionnels comme les marchés locaux, la vente directe à la ferme, ou la vente des produits de la coopérative dans ses magasins.
D'autres donnent une nouvelle dimension à l'approche touristique des territoires, en associant à des paysages des produits du terroir aux modes de production caractéristiques.
D'autres enfin surfent sur les nouvelles technologies pour, à distance, rapprocher le producteur du consommateur, ou créer de nouveaux moyens de contact, comme le drive-fermier. (c)

 Conclusions

  • Les circuits courts créent du lien avec les producteurs locaux.
  • Ils renforcent le lien entre agriculteurs et consommateurs.
  • Ils nous apprennent à mieux consommer. 

Sources 

(a) : Publié le 21/12/2016 | inra.fr

(b) : Publié le 05/12/2018 à 09:00 | lepoint.fr

(c) : Publié le 10/08/2018 à 09:39 | lacooperationagricole.coop

(d) : Publié le 21/12/2016 | monsieurappert.com 


    • Position G.s
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter