Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x
  1. Noelle Mas
  2. Expression libre
  3. mercredi 3 avril 2019
  4.  Etre informé des nouvelles contributions par courriel
<b style="box-sizing: border-box;" data-redactor-tag="b">La gentrification ne passera pas par la Plaine...</b>

A Marseille, la majorité municipale LR utilise l'argent public pour de grands projets dispendieux donnant une vitrine, cachant la misère.

Cette majorité conservatrice qui s'incruste depuis 23 ans estime que le centre ville doit être à leur image, celle d'une élite usurière. Ainsi a-t-elle décidé d'élargir son périmètre au grand centre-ville et la quartier de la Plaine fait parti de ses ambitions.

La Plaine est un espace de vie populaire qui brasse des cultures multiples, où une partie de l'économie du quartier dépendait du grand marché qui avait lieu trois fois par semaine et qui, parce qu'il drainait des milliers d'usagers, fortifiait l'activité des petits commerçants*.

<b style="box-sizing: border-box;" data-redactor-tag="b">La concertation bafouée</b>

La loi Alur exige que tout projet de réaménagement urbain soit l'objet d'une concertation avec la population concernée. Des réunions publiques ont eu lieu en septembre et octobre 2015. Or le projet n'était pas encore connu. En 2016 sur quatre projets proposés, la SOLEAM *choisit un projet au sein d'un jury dans la plus stricte confidentialité. (cf Marsactu septembre 2016).

Il apparaît donc que les réunions de concertations n'étaient que des réunions de façade . Le public concerné du quartier de la Plaine n'aura pas eu la possibilité de connaître les quatre projets et encore moins d'en choisir un.

<b style="box-sizing: border-box;" data-redactor-tag="b">L'Assemblée de la Plaine, réponse citoyenne</b>

Face à cette mascarade de concertation, des usagers se sont réunis en Assemblée sur la place Jean Jaurès, dès 2015, pour élaborer de manière collective des propositions d'aménagement de la place en fonction des besoins économiques, sociaux et culturels du quartier .

La SOLEAM a toujours refusé le dialogue et a préféré la protection policière pour abattre des arbres et commencer les travaux. Face à la protestation, une seule réponse : un mur de 2M50 de haut de 390000 euros. érigé autour de la place.

L'opacité de l'opération continue. Entre temps, les travaux passent de 11 millions à 20 millions d'euros sans aucune justification connue du public.

Mais la parole confisquée par 23 ans de politique de la clique à Gaudin, est enfin retrouvée. La gentrification ne passera pas par la Plaine.

<b style="box-sizing: border-box;" data-redactor-tag="b">Le Droit à la Ville</b>

Un événement tragique confirma l'insoutenable politique d'abandon des quartiers pauvres au profit des projets-vitrines. Le 5 novembre, l'effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne  au centre-ville faisait 8 victimes. Dès lors, la position de l'Assemblée de la Plaine s'est renforcée dans son refus du projet de la Soleam. « 20 millions pour la Plaine. Pas une thune pour Noailles. A qui profite le crime ? » clame-t-elle lors des manifestations pour un logement digne.

Le besoin de démocratie participative, sauvegarder nos espaces verts à l'heure de l'urgence climatique, co-construire nos espaces publics deviennent incontournables pour ,s'opposer aux prédateurs qui, sous prétexte de modernisation, impose une conception de la ville ouverte aux plus aisés.

<strong style="box-sizing: border-box;" data-redactor-tag="strong" data-verified="redactor">Au-delà de la concertation c'est le contrôle citoyen qui est à l'ordre du jour.</strong>

<em style="box-sizing: border-box;" data-redactor-tag="em" data-verified="redactor">*SOLEAM Société Locale d'équipement et d'aménagement de Marseille</em>

<em style="box-sizing: border-box;" data-redactor-tag="em" data-verified="redactor">*les commerçants autour de la Place Jean Jaurès ont perdu entre 15 et 50% de leurs chiffres d'affaire.</em>

Noëlle Mas
Notez cette proposition :


Cette proposition ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !
Visiteur
Votre contribution ou proposition
Les champs indiqués avec un * sont obligatoires
*
*