Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x
  vendredi 9 octobre 2020
  0 Replies
  778 Visits
0
Votes
Annuler
  Subscribe
Au-delà des discours et des effets médiatiques, le rouleau compresseur libéral continue.

A nos amis hospitaliers, à nos concitoyen.nes
Les services publics hospitaliers toujours plus en danger, les malades ponctionnés
Après le show médiatique du Ségur de la santé nos acteurs politiques (Macron ex-secrétaire général adjoint de l'Elysée en 2013, ex. ministre de l’économie 2014/2016/Castex, ex. Conseiller santé en 2006 avec la rationalisation des coûts à l’hôpital, Conseiller Elysée LR en 2010) poursuivent l’œuvre du rouleau compresseur libéral :
- des millions pour demain, avec la promesse de jours meilleurs
- les contraintes pour tout de suite, avec la publication :
= du décret 2020-1106 du 3 septembre 2020 relatif aux mesures d’accompagnement en cas de suppression d’emploi dans la fonction publique hospitalière. Pourquoi publier ce texte quand il faut recruter massivement à l‘hôpital public ?
- = du décret 2020-1131 relatif à la reconnaissance en maladies professionnelles des pathologies liées à une infection au SARS-CoV2 qui exige que cette reconnaissance soit : « confirmée par examen biologique ou scanner ou, à défaut, par une histoire clinique documentée (compte rendu d’hospitalisation, documents médicaux) et ayant nécessité une oxygénothérapie ou toute autre forme d’assistance ventilatoire, attestée par des comptes rendus médicaux, ou ayant entraîné le décès ». Voilà à quelles conditions, un agent hospitalier, soignant ou non pourra être pris en charge !! Voilà comment les premières lignes sont remerciés !!
- face aux urgences, pas assez de personnel, les congés sont différés, supprimés…..
- la facture pour le plus grand nombre : alors même qu’ils refusent les contributions des plus fortunés, voilà que le projet de loi Sécurité sociale pour 2021 prévoit d'instaurer un forfait payant dès l'an prochain pour les passages aux urgences sans hospitalisation.
et ce alors même que la médecine de ville ne permet pas d’accueillir les malades correctement !!
A suivre…..

Services publics : la casse continue
- L’administration des finances publiques, encore laminée par les baisses d’effectifs
- L’enseignement universitaire et la recherche sacrifiés : encore une fois les promesses pour demain, mais remise en cause de la recherche publique indépendante, en imposant le partenariat avec le privé par une politique de projet qui fragilise et condamne de nombreux la laboratoire. Mais aussi la précarisation généralisée des chercheurs
- Les transports ferroviaires de marchandises remis en cause : dès l’annonce médiatisée sur son futur développement, l’Etat cautionne la suppression de 100 conducteurs de train fret

--------------------
ECOLOGIE, Dérèglement climatique, protection de l’environnement et de la santé, sècheresse et crise de l’eau !! Ils s’en moquent !!
Le projet de loi d'accélération et de simplification de l'action publique (Asap), demandé en urgence avec un ensemble de reculs majeurs en matière de protection de l’environnement (voir le Chapitre 3), permettre l’autorisation de construire avant l’obtention de l’autorisation environnementale, remplacer l’enquête publique par la consultation électronique, s'affranchir de certaines obligations d'actualisation d'études d'impacts et rogner encore l'action des autorités environnementales.
Lors de cette loi, la majorité LREM/Centristes adopte des amendements favorables à l’irrigation, y compris sur les volumes prélevées !! Et encore un amendement visant à neutraliser les contentieux, en limitant au seul Conseil d’État une compétence directe en premier et dernier ressort pour connaitre du contentieux des ouvrages de prélèvement d'eau à usage d'irrigation !!
Mais encore : les députés ont adopté, en commission spéciale le 16 septembre, deux amendements favorables à l’irrigation. Le premier, proposé par le gouvernement, vise à «répondre aux fragilités (des) autorisations uniques de prélèvements en donnant un cadre juridique consolidé à la définition des volumes prélevables dans les milieux». Selon l’amendement, «un décret viendra préciser les modalités d’évaluation de ces volumes prélevables dans certains bassins en déséquilibre quantitatif».
Les députés ont adopté un autre amendement, proposé par le rapporteur du texte, qui vise à «réduire considérablement la durée des contentieux» sur les projets de stockage de l’eau. Il s’agit d'«attribuer au Conseil d’État une compétence directe en premier et dernier ressort pour connaitre des projets d'ouvrages de prélèvement d'eau à usage d'irrigation». Il a été adopté avec un avis de sagesse du gouvernement.

Mais encore, au-delà des apparences
Une forte médiatisation sur un tournant écologie…à voir
- communication massive sur quelques demi-mesures symboliques, étalées dans le temps (souffrance animale, pollutions), mais la souffrance animale attendra…
Et dans l’immédiat :
- réforme du contrôle des installations, un décret du 24 septembre 2020 fait passer de trois cent mille mètres carrés à neuf cent mille mètres carrés l’autorisation pour certains entrepôts !!
- projet de loi voté à l’Assemblée autorisant des néocorticoïdes interdits depuis 2018 (loi de 2016) !!!
- vente des droits 5G, sans étude d’impact, ni débat public, ni moratoire (demandé par la convention citoyenne..)
- projet de loi de finances 2021 : pas de contrepartie environnementale ni sociale aux aides massives aux entreprises, pas de taxation des voitures les plus polluantes (au poids par ex.),
- autorisation de l’usine cyanuration en Guyane, autorisation de la centrale thermique du Larivot en Guyane
- création des 76 sites industriels clés en main avec une seule évaluation environnementale préalable
- Mirage, mirage…
L’écologie est réservée aux effets de manche, la réalité, c’est le busisness ! Ce sont des régressions sociales et écologiques majeures!!
Bernard
Generation.s Limoges
Notez cette proposition :
Cette proposition ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !