Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x
  1. Texte commun des comités des Alpes Maritimes
  2. Propositions de débat
  3. lundi 11 mai 2020
  4.  Etre informé des nouvelles contributions par courriel
Nous vivons actuellement une crise sanitaire sans précédent qui fait suite à la grippe SRAS en 2002, H1N1 en 2009-2010, H5N1 en 2013, à EBOLA et la grippe A en 2015...
Elle ne sera sans doute pas la dernière. Nous sommes probablement à l'aube d'autres catastrophes écologiques dues au réchauffement climatique à la déforestation,qui va à l’encontre de l’avènement d’un Green New Deal espéré , à la mondialisation, mais aussi devant d'autres crises sanitaires.
La circulation effrénée des hommes et des marchandises, liée entre autres à la surconsommation et au tourisme de masse mais aussi à nos modes de production nous expose de plus en plus à la prolifération de virus ou de bactéries, et à des pandémies telles que celle que nous vivons actuellement. L'usage immodéré d'antibiotiques, tant sur l’humain par prescription médicale que sur les animaux d'élevages intensifs pourrait déclencher une crise sanitaire mondiale par l’émergence de bactéries multi-résistantes.
Rappelons l'origine de cette pandémie,
Tout serait parti de Wuhan et de son marché qui n'offre pas les conditions sanitaires requises et a provoqué la transmission du virus de l'animal à l'homme ,
Pourquoi Wuhan?
Wuhan est l'exemple type de la mondialisation voulu par le libéralisme , On exporte nos méthodes , nos cerveaux et nous recevons en retour les produits industriels finis à faible coût de production , sans se soucier des salaires , droits du travail et hygiène, cotisations sociales .
Wuhan entretient de solides relations économiques et d'échanges avec la France. En effet, de nombreuses entreprises françaises se sont installées à Wuhan comme Renault, PSA… . C'est la ville de Chine qui reçoit le plus d'investissements français
Le site d'assemblage de Wuhan est est la principale implantation industrielle de PSA Peugeot Citroen et de Nissan en Chine en partenariat avec le groupe local Dongfeng Motor Corporation . Il produit depuis les années 2000 les pièces détachées de Citroën.
Le groupe SEB y dispose également d'une unité de production de biens domestiques. C'est la ville de Chine qui reçoit le plus d'investissements français
La compagnie aérienne française Air France a ouvert le 11 avril 2012 une liaison régulière avec l'aéroport Paris Charles de Gaulle 3 fois par semaine. Wuhan devient la première ville intérieure de la Chine à être en liaison directe avec Paris.
Nous devons avoir le courage de nous interroger sur les conséquence de notre capacité à sous traiter notre production .
Nous voyons bien la fragilité du capitalisme libéral qui nous a fait croire que le marché était tout le temps la réponse à tout,de ce transfert de nos capacités industrielles loin de nos yeux a rendu notre société incapable de produire et de stocker une pièce de quelques centimètres carrés de tissu et de quelques centimes d'euros indispensable pour protéger des millions de vies, à commencer par celles de ceux qui soignent tous les jours.

Aujourd'hui, nos héros sont infirmières et infirmiers, médecins, caissières et caissiers, pompiers, agriculteurs, chauffeurs-routiers.Certains, certaines sont même fonctionnaires, ce qui est synonyme de parasites dans la bouche des libéraux Tout à coup, on découvre que la vie est possible grâce tous ces invisibles que leur travail et leur mérite n'enrichiront jamais en particulier les femmes majoritaires dans les équipes soignantes, majoritaires aux caisses des supermarchés, dans les équipes qui nettoient les établissements qui travaillent encore et avec un salaire moindres que celui des hommes


Pour le mythe libéral, la richesse est la récompense du travail et du mérite et que l'individu qui en dispose ne le doit qu'à lui-même. Il faut être performant, il faut s'adapter.
Soudain les parents découvrent dans le confinement de leur habitation que l'enseignement est un métier.
La vétusté des habitations ,l'absence d'ordinateurs dans certaine famille ou/et de liaisons informatiques en zones rurales et dans les quartiers défavorisée génèrent des décrochages scolaires .Ce confinement général, associé au fait de transférer l’éducation en ligne, est un souhait des néolibéraux qui ont toujours été hostiles à l'éducation pour tous seuls ceux qui ont le plus de moyens peuvent avoir accès à une éducation de bonne qualité.

Rappelons les propos de Benoit Hamon de 2017 «Une catastrophe écologique, sanitaire entraînera obligatoirement une catastrophe humaine et financière»:
Lors des manifestations, du printemps 2019 on pouvait lire sur les banderoles des hospitaliers " Comptez votre argent, on comptera les morts".

Nous y sommes.

En l'absence de réflexion, d'anticipation, de transparence , les gouvernements néolibéraux successifs nous poussent à vivre en flux tendu et dans l'impossibilité de faire face à l'imprévu d' une crise d’une telle ampleur, nous notons aussi les conséquences que peut avoir la casse du service public. Dans les hôpitaux et les EHPAD le manque de personnel, de matériel, de médicaments entraîne de nombreux drames humains évitables malgré le travail remarquable du personnel hospitalier, soignant et administratif, cette casse est aussi présente dans le monde de la recherche et de l’enseignement conséquence de la culture de l’optimisation .
Emmanuel Macron s'aperçoit un peu tard que la destruction de notre industrie au profit de la délocalisation nous laisse sans médicaments , sans matériels, et on constate son incapacité à coordonner les forces de production du pays pour produire l’indispensable.

Cette pandémie entraîne aussi des répercussions sur la vie sociale, économique et financière des entreprises mais aussi pour des salariés, des travailleurs indépendants, artisans, commerçants, agriculteurs… Sans parler des personnes en situation de grande précarité et/ou sans-abri. souvent désignés comme des assistés et des profiteurs.
Face à une telle crise, le Revenu Universel aurait été efficace pour répondre rapidement au problème sans laisser personne sur le carreau,

Dans un souci d'égalité on doit faire participer une partie du financement sur les dernières tranches de l’impôt sur le revenu ou sur le rétablissement de l'ISF, le CICE, les impôts sur le capital afin d’obtenir un effet redistributif plus fort venant d'une partie de l'humanité qui a fait sécession depuis longtemps et quine sont pas touchés dans leur vie quotidienne .

Tout démontre que cette société néolibérale n'est pas égalitaire ,elle a créé des richesses sur des monopoles ou sur le démantèlement de vastes secteurs industriels et par l'héritage les riches ont leurs écoles, leurs hôpitaux, leurs lois, leurs territoires.Ils sont surtout exemptés de payer un impôt proportionnel à leur richesse.Ils s'arrogent même la possibilité de choisir nos gouvernants, des personnes qui pensent à bien servir leurs intérêts


Pour la masse, le financement des services publics, l'austérité et les bas revenus et pour eux, les profits, les dividendes et les cadeaux fiscaux leurs journalistes dociles.
Le gouvernement et Emmanuel Macron retiendront ils la leçon de la pandémie commencée début janvier en Chine ?
Nous n'en sommes pas sûrs
À la demande d’Emmanuel Macron, la Caisse des dépôts travaille déjà à un plan pour l’hôpital public dont Médiapart révèle le contenu. Au lieu de défendre l’intérêt général, ce plan vise à accélérer la marchandisation de la santé et sa privatisation rampante. L’origine de ce plan est connue. Mercredi 25 mars En déplacement à Mulhouse, pour visiter l’hôpital militaire de campagne qui venait d’y être construit, le chef de l’État a fait des promesses fortes, mais sans en révéler les modalités, ni les montants, ni le calendrier.
.La parole du gouvernement est démonétisée comme pendant les manifestations où les violences policières ont été niées. Aujourd’hui malgré la propagande gouvernementale, nous nous rendons tous compte des contradictions de la parole officielle, pas besoin de masque! besoin de masque ! pas de confinement ! Confinement ! Déconfinement le 11 mai ou pas! Ecole ou pas
Nos politiques nous parlent de leur inquiétude pour notre économie,si on ne peut pas vivre sans économie : on ne peut pas vivre sans les gens, sans les soignants, sans les caissières, sans les éboueurs

Notre société s'est lourdement trompée en préférant les biens aux liens
( Benoit Hamon dans sa dernière intervention dans le journal le Monde)

Nous sommes passés de "l'enfer, c'est les autres" à la vie c'est les autres.
"There is no such thing as society"
C'est une citation de M. Thatcher qui pensait avec les libéraux que la solidarité est une affaire strictement privée.
Fin mars, Boris Johnson a déclaré : " There is such a thing as society".

Bien que conservateur libéral, il a été contraint en pleine pandémie , dont il a été victime de reconnaître que la société existe bel et bien.
Tout au long de cette crise, nos élites ont passé leurs temps à dénoncer les bobards fake news des réseaux sociaux et à expliquer que pouvoir rime avec savoir, les gouvernants gagneraient à reconnaître leur retard, ce décalage qui sape leur autorité.Emmanuel Macron critiquant le modèle de société qu’il s’applique pourtant à mettre en place, régi par un marché peu soucieux des enjeux écologiques parlant même d’une relance «décarbonée».
Les choix de santé publique, d’éducation, d’environnement doivent être l’affaire de tous et non des experts et des dirigeants,notre organisation politique doit prendre en compte l’intelligence du collectif, du dialogue



Nous qui n'avons à offrir à nos soignants et fonctionnaires qu'un concert de casseroles et vociférations quotidiens en remerciement nous demandons que les mesures les plus justes en leur faveur soient réalisées sans délai, comme le paiement des heures supplémentaires. Au-delà du paiement de notre dette collective, nous devrons réfléchir et agir rapidement pour que notre système de santé évolue pour sortir de sa logique budgétaire car protéger est un devoir régalien de l'Etat.



Il est temps de retrouver notre puissance vitale et d’agir sur notre propre environnement local.Gilets jaunes, manifestations hospitalières, crise du corona virus, l’individu comprend qu’il n’est plus tout seul face à son écran, face à son chef, face à sa hiérarchie et que les populations de citoyens peuvent elles aussi "s’armer" collectivement, par-delà les clivages de secteurs, de classes et de générations.

Entre santé et libertés, nous ne sommes pas contraints de choisir

L’urgence sanitaire doit devenir le laboratoire des bonnes méthodes de prévention et de traitement des pandémies, pas celui de mesures liberticides.La tentation sera donc grande pour le gouvernement de transformer le provisoire en définitif. en particulier dans le domaine du droit du travail, de la procédure pénale et des libertés publiques.

Un exemple frappant de ce déni de démocratie est la série d’ordonnances adoptées au conseil des ministres du 25 Mars,jamais débattu au parlementaires,supposée venir en soutien des entreprises, mais qui en réalité constituent une régression sans précédent du code du travail, une régression telle que le MEDEF l’attendait : 60h hebdomadaires, travail le dimanche, dates des congés imposés…

5 jours auparavant, la proposition de sénateurs de gauche de demander une hausse de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (au-delà de 250000 euros annuels) a été immédiatement balayée, de même que celle de rétablir l’ISF.
Ces décisions illustrent le fait que cette crise sanitaire est aussi une crise profondément politique, qui appelle une réponse politique. Elle rend le pouvoir abusif , exorbitant et le plus difficile sera de revenir sur les privatisations de liberté,et les acquis sociaux ,Une fois la contrainte mise en œuvre, il est rare que le législateur revienne à des textes plus libéraux.
Ce qui est également redouté, c’est que l’expérimentation de nouvelles mesures ne se banalise aux yeux de la population,.Au nom du droit d'exception et de la crise sanitaire qui nous touche , l'emploi d'outils de surveillance de masse,des nouvelles pratiques de surveillance comme les données de géolocalisation des smartphones ou les drones, provoque une vive inquiétude.
Les drones en sont un exemple frappant car une fois qu'on nous a habitué à voir des drones voler au-dessus de nos têtes , demain, quand la crise sera finie on se posera moins la question.

Que vont devenir les drones mis en place par la ville de Nice pour surveiller la population que vont devenir les données fournies par le système StopCovid , quand vont être abrogées les dernières ordonnances au code du travail .Ce sera à nous tous d’être attentif, solidaire pour imposer le retour de la liberté, le retour de l’égalité, le maintien de la fraternité, et l’abandon de ces états d’urgences qui sont devenus un état permanent.
Faisons en sorte que le monde d'après ne sera pas celui d'avant en pire,
Un marché encore moins régulé, une industrie pharmaceutique toujours plus forte et une accentuation du discours populiste : voilà le futur qui nous attend

Un très petit groupe de profiteurs voit en la crise une bonne occasion de s’accaparer un immense pouvoir et gérer le plus de ressources possible,les néolibéraux peuvent s’appuyer sur nos gouvernants et va travailler de manière concrète sur une réponse de court terme à la crise, qui permettra de transformer la société

Les industries se préparent à mettre les bouchées doubles pour combler le retard pris par la crise , encourageant une plus grande consommation d’hydrocarbures,annoncent qu'il va falloir travailler plus,demandent des subventions et prêts à l'Etat sans contreparties financières sans prise de participation au capital des sociétés
Ce système va réutiliser l’argent libéré par la Banque centrale pour réorganiser l’économie à sa guise avec un marché moins régulé, devenu une institution .
Il est indispensable de mettre en place une organisation démocratique planifiée qui regrouperait, en cas de crise exceptionnelle, des représentants des différentes sensibilités des deux assemblées ,des associations , des ONG pour permettre d'œuvrer avec le gouvernement et le Président, avec des obligations de prise de décisions en consensus pour le bien des populations.

La crise doit rapprocher une Gauche retrouvée ,qui doit travailler ensemble face à une accélération des mesures néolibérales prévues, des gestes de solidarité ne doivent pas cacher des excès nationalistes et la haine du voisin.

Ce n'est pas le Coronavirus qui a affaibli nos démocraties mais se sont ces dernières qui sont affaiblies, que dire de l'absence de politique européenne de la santé qui n’a pas aidé l’Italie ,l'Espagne et la France pays les plus touchés ,que dire des organisations qui régissent la santé dans le monde .

Si l’heure n’est pas aux règlements de compte, les comités de GENERATION.S des Alpes Maritimes prennent pleinement la mesure de la gravité de la situation. ne sous-estiment pas la causalité entre extension du pouvoir de la mondialisation ,la crise sanitaire et les crises démocratiques politiques écologiques et économiques inactifs et ont décidé d'apporter une réflexion à cette crise pour le bien de tous.
Notez cette proposition :


Cette proposition ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !