Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x
  vendredi 13 mars 2020
  6 Replies
  1.9K Visits
1
Votes
Annuler
  Subscribe
Notre santé et celle de nos enfants tient en grande partie à la qualité de notre environnement. Nous voulons que nos villes et nos campagnes soient des espaces où il fait bien vivre, où la vie et la nature sont préservées, où la vie compte plus que toute autre considération.

Malgré le troisième plan national santé environnement (PNSE) 2015-2019 qui témoignait de la « volonté » du gouvernement de réduire « autant que possible et de façon la plus efficace » les impacts des facteurs environnementaux sur la santé afin de permettre à chacun de vivre dans un « environnement favorable à la santé », la pollution de l’air, essentiellement générées par les trafics routier, aérien et maritime, est à l’origine d’au moins 48000 décès annuels.

Le droit à la santé et à un environnement sain, accessible à tous et partout en France est un droit fondamental et doit conditionner toute politique dans quelque domaine que ce soit et être inscrit dans nos lois. Seule la définition, la protection et la régénération de nos biens communs que sont l’eau, l’air, les sols, la biodiversité, l’information, nous permettons d’assurer la santé de nos enfants, de nos parents, de nos concitoyens. Pour ce faire, nous voulons :
• Réduire la pollution de l’air, en renouvelants nos modes de chauffage et de transport
• Relocaliser les productions pour supprimer les transports inutiles ;
• Investir massivement pour remplacer les centrales à charbon, les vieux chauffages, les navires au fioul lourd, et les véhicules polluants par des sources d’énergie renouvelable non polluante ;
• Développer les véhicules sans émissions de GES ;

Plus généralement, faire évoluer notre système de mobilités, pour passer des voitures individuelles aux vélos et aux transports en commun, notamment en remettant en fonction les petites lignes de train rurales.
• Restaurer la qualité de nos sols et de notre eau :
• Interdire les pesticides, herbicides et fongicides les plus néfastes pour l’environnement et notre santé ;
• Sanctionner plus durement les pollueurs.
• Donner aux consommateurs-citoyens l’information dont ils ont besoin :
• Imposer un étiquetage SIMPLE informant le consommateur sur l’utilisation de pesticides ou d’additifs dans l’élaboration de tout aliment ou produit manufacturé.
• Former les enfants dès le plus jeune âge aux principes de la santé environnementale et à une consommation éclairée, saine, équilibrée, dépourvue de pollutions inconnues.
• Rendre publique les études utilisées pour évaluer les risques afin de pouvoir vérifier qu’elles n’ont pas été corrompues par des lobbys industriels.
• Mettre en place un système indépendant qui identifie et exclut toute substance dangereuse de notre cadre de vie, au premier rang desquels les perturbateurs endocriniens, de nos productions et de nos importations.
Origine de la proposition
Espace Idées
Espace Idées
Notez cette proposition :
il y a plus d'un mois
·
#528
0
Votes
Annuler
Génération.s Loire – Un environnement sain et une alimentation saine

1 - Un Environnement sain

Afin de permettre aux habitants d’évoluer dans un environnement sain et durable, il convient :

• D’élaborer une politique de gestion des déchets,
• D’établir un état des lieux de la pollution des sols,
• D’agir sur le changement climatique notamment en veillant à la qualité de l’air,
• De favoriser la végétalisation des sols et de créer des îlots de fraîcheur,
• D’agir sur la qualité et la distribution de l'eau,
• D’accentuer la lutte contre les perturbateurs endocriniens,
• D’agir sur l'urbanisme et sur un habitat de qualité et durable comme rendre inconstructibles les zones naturelles agricoles périphériques par exemple (classement PLU : N).

2 - Une Alimentation saine

Bien que les actions sur l'alimentation n'entrent pas dans le domaine de compétence des municipalités de façon générale parce que non obligatoire, celles-ci seront amenées dans un futur proche à garantir à chaque citoyen un accès à une alimentation saine (c’est-à-dire diversifiée, équilibrée et issue de l’agriculture biologique). La disponibilité d'une alimentation saine doit avoir lieu en tout temps et en quantité suffisante. Les circuits courts, avec un seul intermédiaire sont une garantie du respect du développement durable Il faut également prendre en compte les disparités entre les territoires : un village de quelques centaines d’habitants ne peut gérer sa restauration comme une métropole.

Afin de garantir une alimentation saine, la ville peut agir sur :

• L’urbanisme, (fermes pédagogiques, jardins familiaux, marchés ouvert),
• Le développement économique, (regroupement de producteurs, gestion des ressources et des risques),
• Les infrastructures alimentaires : (marchés ouverts et couverts, marchés de gros, entreposage, transformation de produits (ex : mise en boîte),
• La fiscalité (ex : mise en place d’une taxe sur commerces de mal bouffe),
• Le développement social (création d’emplois),
• Les marchés publics (une ferme pédagogique ne peut tout fournir d’où appels d’offres auprès des fournisseurs potentiels locaux).

Une meilleure politique alimentaire pourrait ainsi se dessiner ainsi :

• Soutenir une production alimentaire saine locale et accessible à tous (abordable),
◦ en répertoriant les lieux existants et potentiels permettant le développement d'activités agricoles,
◦ en développant et en favorisant les jardins ouvriers , familiaux ou partagés, l'implantation d’arbres fruitiers ou non et de plantes comestibles dans l'espace public.

• Privilégier les circuits courts et ainsi en réduisant le nombre de kilomètres par aliments et par conséquence les émissions de CO2 :
◦ en soutenant les marchés de producteurs,
◦ en encourageant l'implantation de surfaces participatives citoyennes,
◦ en favorisant la création de plates-formes virtuelles de mises en relation entre producteurs et consommateurs (achat type drive).
Origine de la proposition
au nom d'un Echelon Territorial de Coordination
COMITE TERRITORIAL DE LA LOIRE
il y a plus d'un mois
·
#439
0
Votes
Annuler
Diminuer la consommation de viande , à la fois pour des raisons de santé et de pollution
développer l'alimentation végétarienne
Origine de la proposition
à titre individuel
Brigitte Chareyre
il y a plus d'un mois
·
#422
0
Votes
Annuler
Redonner à la nature sa place, préserver et valoriser les espaces verts.Dans les espaces ruraux mettre aux normes l'assainissement.
-La gestion des déchet un vrai problème
-Favoriser les circuits courts pour l'alimentation
Origine de la proposition
à titre individuel
EL AMRANI SARAH
il y a plus d'un mois
·
#415
0
Votes
Annuler
Un point trop peu abordé et pourtant essentiel : réapprendre et ceci dès l'école l'importance d'une alimentation saine, dégagée de tout dogme, en redonnant les informations nécessaires sur le réel poids de l'alimentation dans la santé de chaque citoyen. Donner à chaque citoyen les moyens d'entretenir une bonne santé en adoptant les bonnes pratiques alimentaires qui sont totalement en accord avec les bonnes pratiques de l'agriculture. Aujourd'hui, passé la cinquantaine, beaucoup de personnes sont dépendantes d'un ou de plusieurs médicaments (je pense aux hyper tensions, au diabète de type 2), et cela pourrait être évité avec un meilleur accès à l'information sur l'alimentation équilibrée et adaptée à chacun.
Origine de la proposition
à titre individuel
Frédérique B
il y a plus d'un mois
·
#406
0
Votes
Annuler
Dans chaque commune, mettre à disposition des familles qui vivent en appartement, un petit bout de terrain pour y faire un jardin. L'opération pourrait s'intituler : Une famille, un jardin. Des formateurs en permaculture pourraient être personnes ressources pour les néo jardiniers. Un engagement de n'utiliser aucun produit pesticide ou ayant une quelconque nocivité, serait pris par les familles. Un appel à don de terres agricoles pourrait être lancé dans les communes ou les terrains seraient insuffisants.
Origine de la proposition
à titre individuel
Prevost Marie-Pierre
il y a plus d'un mois
·
#350
0
Votes
Annuler
polleurs/payeurs : une nécessité
Origine de la proposition
à titre individuel
Mnoelle Bas
Cette proposition ne contient encore aucune réponse.
Soyez le premier à y répondre !
Votre contribution ou proposition
Les champs indiqués avec un * sont obligatoires
Préciser ici votre nom ou le nom du Comité pour lequel vous contribuez
Captcha
Pour protéger le site contre les bots et scripts non autorisés, nous conseillons d'entrer les codes captcha ci-dessous avant de poster votre question.