Connexion  \/ 
x
ou
x
S'inscrire
x
UNE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE COMPLÈTE (DROIT DE LA NATURE, CONSTITUTION…)
Eléments de contexte

Une politique environnementale complète.

Malgré les appels de quelques lanceurs d’alerte dès les années 1950-1960, qui passaient au début pour des doux illuminés voire des prophètes de malheur, malgré la Loi-cadre sur la Protection de la Nature en 1976, tardivement imposée aux entreprises par ses décrets d’application (études d’impact) et aux collectivités (protection des captages d’eau, gestion des déchets) et donc très peu suivie d’effets avant la fin des années 1980, malgré la loi de 2001 conférant à la lutte contre l'effet de serre et à la prévention des risques liés au réchauffement climatique la qualité de priorité nationale, malgré l’intégration de la Charte de l’environnement au bloc constitutionnel en 2005, malgré le Grenelle de l’environnement en 2007, malgré la signature spectaculaire de l’accord de Paris lors de la COP 21 en 2015, force est de constater que ces politiques sont insuffisantes et qu’aujourd’hui nous nous trouvons dans une situation environnementale dramatique.

Et ceci à tous les niveaux : national, européen et mondial ! En effet, aucune politique concertée et vraiment ambitieuse n’a été mise en place, alors qu’il aurait dû y avoir une prise de conscience collective des États et des actions internationales.

Les effets sont dramatiques et déjà parfaitement visibles :

  • Dérèglement climatique qui s’accélère du fait des émissions des GES ;
  • Acidification des océans sous l’effet des rejets carbonés et des pollutions ;
  • Déclin brutal de la biodiversité, on parle d’une 6ème extinction de masse ;
  • Artificialisation, pollution, sècheresse et appauvrissement des sols qui réduisent sa capacité de produire notre alimentation, mais aussi ses fonctions écologiques et hydrologiques et sa capacité d’absorber du CO2;
  • Destruction des forêts pour les besoins de l’agriculture intensive, de l’extraction de ressources ou une exploitation du bois non soutenable ;
  • Pollution des ressources en eau douce dont l’eau potable ;
  • Dégradation de la qualitéé de l’air par des rejets de toutes sortes, diminuant l’espérance de vie en bonne santé ;
  • Fonte des glaciers qui, avec la dilatation des eaux qui se réchauffent, entraînent la hausse du niveau des mers ;
  • Intensification et multiplication des évènements climatiques extrêmes (pluies torrentielles, inondations, vents violents, ouragans, sécheresse, désertification, méga-feux partout dans le monde, prolifération d’espèces invasives, ...)
  • Agrandissement des villes, des espaces industriels et des mégaprojets entraînant à leur tour l’artificialisation des sols ;
  • Conditions de vie dégradées à la fois pour les populations humaines (grande pauvreté, famines, refugiés climatiques, SDF, solitude, maladies, guerres) et pour tout le vivant (conditions d’élevage et d’abattage indignes, souffrance animale, chasse intensive qui n’épargne pas les espèces menacées).

Il est temps ​de mettre en œuvre un ​nouveau projet de société qui substitue la coopération à la concurrence, qui ​réduit les inégalités​, offrant à tous un revenu digne, qui partage les ressources de la planète de manière équitable et garantit un climat vivable pour les générations futures.

Nos objectifs :

Il est primordial de respecter la trajectoire des émissions de GES pour atteindre la neutralité carbone réelle en 2050 et nous donner une chance de préserver un climat et un environnement vivable pour l’humanité.

Nous devons alors passer au plus vite à un modèle économique et social équilibré, de régénération des ressources, des écosystèmes et des solidarités. Tous les acteurs devront se mobiliser pour mettre fin à la surexploitation des ressources naturelles, à la dégradation de l’environnement, aux émissions excessives des GES. Les législateurs en changeant le droit ; les entreprises en s’inscrivant dans une économie circulaire et vertueuse ; les citoyens en changeant de mode de consommation ; les collectivités en agissant au quotidien ; la puissance publique en donnant les moyens à chacun d’opérer les changements nécessaires.

Quelques pistes

Pour mettre en œuvre cette transition écologique et solidaire, de nombreuses mesures sont à décliner à toutes les échelles, dans tous les secteurs qu’elles traversent dont la liste suivante est loin d’être exhaustive :

  • Engager la transition énergétique
  • Les territoires ruraux : un cadre de vie à préserver et à régénérer
  • Des villes plus résilientes
  • Une révolution pour un environnement sain et une alimentation saine
  • Du champ à l’assiette : une agriculture et une consommation soutenables
  • Révolutionner les mobilités
  • Vers une meilleure reconnaissance des droits de la nature et de la faune sauvage
  • La fôret
  • La chasse
  1. Participez en cliquant sur un des thèmes ci-dessous